mardi 22 septembre 2009

Renvoyons l'interprète

Je terminais l'article précédent par ces mots « Encore une fois, ça sert de connaître le latin. »
Or, j'ai été plongée avec passion d'avril à juillet dernier dans les Mémoires du duc de Saint-Simon (fin XVIIe s., début XVIIIe s.), et le brave homme nous fournit un nouvel exemple de cette utilité de la connaissance du latin. Certes, cela se passe au XVIIe s., et pas dans notre moderne XXIe s., mais à cette époque, cela faisait déjà plus de mille ans que le latin n'était plus la langue maternelle de personne, et l'anecdote est vraiment savoureuse telle que la raconte Saint-Simon.

En ambassade en Espagne, il rencontre l'archevêque de Tolède:
« Nous nous visitâmes en cérémonie; bientôt après nous nous vîmes plus librement et nous nous plûmes réciproquement. Un de ses aumôniers nous servait d'interprète. Étant un jour chez lui, il me demanda s'il n'y aurait pas moyen de nous parler latin, pour parler plus librement et nous passer d'interprète. Je lui répondis que je l'entendais passablement, mais qu'il y avait longues années que je ne m'étais avisé de le parler. Il me témoigna tant d'envie de l'essai, que je lui dis que le plaisir de l'entretenir plus librement me ferait passer sur la honte du mauvais latin et de tous les solécismes. Nous renvoyâmes l'interprète, et depuis nous nous vîmes toujours seuls et parlions latin. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire